Interview Vrais Savent : BEN plg

Interviews

Fin novembre, BEN plg a sorti son deuxième album, Parcours Accidenté. Après un premier disque qui était directement rentré dans notre top album 2020, il propose un nouveau cocktail toujours riche de technique et d'émotions . On est revenu ensemble sur ses références à Lille, à son enfance, à Spider-man, à Scarface et à Salif et Alpha 5.20.

Ben plg vrais savent
szukam ch opaka dziewczyny portal internetowy BEN plgParcours accidenté

rencontre femme senior à mons-en-barœul T’as sorti ton premier album en septembre l’année dernière. Entre les clips, l’inédit sorti au mois de mai et les premiers singles de ce nouvel album, t’as pas trop eu de pause. C’est un marathon qui était voulu ? Ou ça s’est enchaîné naturellement ?

Je le vois pas comme un marathon, mais plutôt, on est dans une logique de développement avec des temps forts. Sachant que les sorties d’albums c’est des temps forts. Les sorties de single avant l’album, l’idée c’est de faire monter un peu le truc. Et après certains morceaux qu’on exploite après c’est qu’on a envie de les mettre en images et essayer des trucs. Mais c’est vrai que globalement moi mes temps forts c’est les sorties de projets en eux-mêmes. Après oui c’est voulu parce qu’on n’a pas envie d’arrêter, d’ailleurs là on va pas s’arrêter. Après il faut trouver la recette. Peut-être que clipper 3 morceaux après Dans Nos Yeux c’était pas forcément utile. Mais on avait envie d’essayer, et d’installer une certaine image. Donc quelque part c’est toujours bien. Puis on était beaucoup dans la réflexion. Mais de toute façon t’es souvent dans la réflexion, on se dit “ce morceau-là ça mériterait peut-être qu’on appuie dessus un peu, ça vaudrait peut-être le coup de le clipper. Mais qu’est-ce qu’on peut en faire en images ? Est-ce qu’on peut l’amener plus loin ?” Enfin voilà c’est plein de questions comme ça.

annonce femme sur dax La pour la suite tu vas rester dans la même cadence sans vraiment de pause ?

Oui à priori c’est la volonté. Demain je suis en séminaire pendant 3 jours. Le projet d’après est déjà entamé. On va essayer de fournir toujours avec la même exigence qualitative. Des fois c’est compliqué de donner des dates, parce que je veux pas clipper à l’arrache. Si je sors des clips je veux que ce soit des super clips. Mais voilà, on garde cette exigence.

Avant d’aller dans les références pures, pour moi il y a deux thèmes dont tu fais énormément référence dans tes textes et qui te distinguent des autres. Déjà c’est ton rapport à Lille et ses alentours. Forcément ça te distingue du reste de la France, mais même les gros rappeurs de ta région en parlent rarement. Toi tu donnes souvent des endroits précis, Porte d’Arras, Rue des postes, des codes postaux à base de 59. D’où ça te vient ce besoin de pointer des endroits précis comme ça ?

Pour moi c’est une manière d’écrire. Je trouve que, quand tu regardes un film, si le mec est dans le nord, il sort du cacao, il va te sortir du Poulain, du Van Houten ou du j’sais pas quoi, c’est pas pareil. En fait, la poésie elle est dans les détails je trouve. Et de deux, moi c’est ce qui m’intéresse en fait. Quand j’écoute Jul ou n’importe quel rappeur même parisien, qui va sortir “Sevran beaudottes”, ensuite quand j’suis enfant, quand j’vais en voiture avec mes parents et que je passe par Paris et que je vois tous les noms que j’ai entendu dans des morceaux de rap français, j’trouve ça magique. Et je trouve quelque part que c’est cool aussi d’ancrer ta région dans ce paysage-là. Dans le sens où, en fait, on connaît tous de nom, même si on n’est pas parisien, Aubervilliers, Porte de la Chappelle, Barbes, quand t’écoutes du rap français t’es emprunt de cette géographie-là. Et je trouve que c’est aussi une manière de légitimer son coin. Ça apporte une certaine magie d’entendre “Porte de la Chapelle” dans plein de morceaux différents. Ça te permet de te créer un imaginaire. Comme quand tu lis un livre, et que tu connais pas la tête des personnages, mais que tu l’imagines. Moi quand je te parle de Porte des postes, tu sais peut-être pas ce que c’est mais tu l’imagines. Et si un jour t’as la chance d’y aller tu vas pouvoir réaliser, en deuxième lecture. Comme quand tu regardes le film Harry Potter et que tu te dis “ah putain il ressemble à ça”. 

A l’inverse t’as jamais eu peur que ça puisse perdre les gens qui se retrouveraient pas du tout ?

Non j’pense pas. Parce que tu vois. Un film comme C’est arrivé près de chez vous, c’est pas un film qui se limite au nord dans son public. En fait j’pense que, j’te parle juste de mon quotidien. Et si toi ton quotidien c’est de vivre à côté de Nantes, tu peux comparer à des trucs que tu connais. Un morceau comme Vivre et mourir à Dunkerque, les mecs connaissent pas Dunkerque. Mais comme je disais dans une autre interview, on rigolait avec des Nantais quand je faisais un concert là-bas, en disant “ça aurait pu s’appeler Vivre et mourir à Porcnic”. Pour eux le parallèle était là. Donc non au contraire pour moi c’est une manière d’écrire. Si j’me branle à mort, Zola il était connu pour décrire mettre des détails et tout, c’est peut-être ça qui a fait une partie de son succès. Mais même Jul en vrai, il va te parler des rues, des trucs, tu connais pas mais tu rentres dans l’univers en fait. Je représente pas de manière bête et méchante. J’ai pas envie de dire “Ouais Lille, 59, 59 les gars on est du 59”. C’est un discours plus universaliste dans le délire.

Et un autre thème important dans les détails, en référence à ta vie, c’est le rapport à la précarité, à la pauvreté et ce que ça engendre de compliqué dans la vie. Ça c’est quelque chose qui t’est propre. Comment t’en es arrivé à te dévoiler comme ça et à oser raconter tout ça ?

En fait j’pense que c’est ce qui fait ma singularité. De manière basique, ma singularité elle est vraiment sur le fait que je sois moi-même, que je mente pas. En fait si j’fais des morceaux c’est pour être moi-même et pour être potentiellement différent des autres. Après en plus, étant donné que ce je peux raconter, ce que j’ai dans le ventre, c’est pas forcément des trucs entendus, c’est encore mieux.

Est-ce qu’au final c’est pas un peu cathartique aussi ?

Oh bah si clairement. Forcément c’est cathartique parce que… En fait c’est toujours ambivalent. Les moments où tout va bien, j’ai du mal à faire des morceaux. Là on rentre en séminaire demain, j’me disais “putain ces derniers temps, j’ai sorti un album j’ai fais des concerts”. J’veux dire, c’est compliqué en termes d’émotions. J’ai pas envie de raconter ça pour l’instant. Ou alors faut que je trouve une manière. Mais j’ai plus envie de raconter des émotions que je trouve singulières en fait. Par exemple hier j’étais en concert à Nancy, c’était un bon moment mais pourtant j’étais saoulé je sais pas dire pourquoi, et ça je trouve ça intéressant et j’ai envie de le comprendre. Mais après de manière générale je suis très sensible, dans le sens j’ressens beaucoup d’émotions. Globalement je suis un peu une éponge. Quand j’étais plus jeune on me reprochait de trop penser. 

Au final c’est sûrement grâce à ça que t’as une écriture “pleine d’émotions”. Qu’en tant que public tu peux trouver des phrases qui te parlent totalement parce qu’il y a un vécu.

Honnêtement moi quand on me dit ça c’est un super compliment. Savoir que mon écriture ou mon interprétation peut faire ressortir des choses aux gens c’est hyper cool. Après j’suis pas là pour faire des trucs uniquement deep. J’aime beaucoup le rap et j’aime énormément d’énergies différentes mais c’est important d’envoyer des émotions, carrément.

Oui de toute façon quand tu écoutes Les préférés de la cantinière c’est pas pour être tout seul dans ton coin.

Moi ce que j’aime bien dans ce morceau. C’était une sorte de défi pour moi. C’est presque un de mes seuls couplets egotrip, mais au final, pas si egotrip que ça. Je parle de trucs, ma mère qui met de côté pour des funérailles, c’est juste que c’est un peu plus… et je suis content de faire cette balance.

Cet aspect de la pauvreté, la vie familiale compliquée, et même ton adoption, ça te donne un petit côté “enfant du peuple”. Et même tes pochettes au final elles représentent un peu ça d’après moi. C’est pour ce truc d’être au milieu de gens “normaux” que t’as choisis le bar et le bus ?

Pour moi justement je suis au milieu de gens extraordinaires. C’est vraiment tout le contraire d’être au milieu de gens normaux. Dans les visages de toutes les personnes sur mes pochettes, tu peux imaginer un film. Après c’est des gens normaux dans le sens où c’est des gens que tu croises, mais que tu regardes pas forcément. Mais limite c’est eux les plus extraordinaires. Prends la pochette de Dans nos yeux. À ma droite y a deux personnes, une femme et un homme. C’est deux adultes handicapés, les deux tu peux faire quatre films sur leurs vies. C’est que des gens que je connais, je leur ai donné des cours et tout, et c’est eux les gens extraordinaires. Et cette femme-là, tu la croises à Auchan, et tu la regardes pas. Alors que quand tu prends le temps de parler avec elle, son histoire c’est abusé. Le fait de travailler avec ces gens-là, c’est n’importe quoi. Les meilleurs scénarios de film que j’ai entendus dans ma vie c’est des choses qui se sont passées en vrai.

Finalement toi dans ce que tu racontes ça va un peu avec ça. Quand tu racontes ta vie c’est la vie de quelqu’un de lambda dans le sens où tu pars pas d’un endroit extraordinaire. Mais en fait c’est ton parcours qui devient extraordinaire.

En fait ce qui est drôle c’est que j’ai pas cette impression-là. En fait j’ai tellement toujours eu la dalle. Ça part de là. Que ça m’a amené à faire 10 000 trucs. C’est juste que je suis curieux et j’ai la dalle. J’étais pas particulièrement bon à l’école, j’ai jamais su quel métier faire. Et du coup j’ai fais 10 000 trucs parce que de une, en vérité j’avais pas envie d’être en galère, et de deux parce que j’ai envie de me rendre fier moi aussi. Donc au final, tout ça, ça m’a amené à faire toutes ces choses avant de me consacrer totalement à la musique. Et du coup c‘est vrai que, surtout dans un milieu où les artistes sont “jeunes”. Ça fait que j’ai peut-être un profil un peu atypique.

C’est encore quelque chose qui te distingue. Quand tu penses que Ninho, il a 25 ans et que ça fait déjà 5-6 ans qu’il surf sur le rap français, toi au final ton parcours il est différent et c’est ça aussi qui apporte peut-être une profondeur différente dans ce que tu proposes.

Ça me donne l’impression d’être plus jeune que ce que je suis. Quand on me dit “BEN plg le jeune rookie”. Je suis là “alleeer, je suis un jeune rookie”, ça me régale. Puis même, de toute façon je suis pas si vieux. Mais c’est marrant parce que, pour moi c’est un avantage parce que ça me différencie. Après ça va parce que je suis tellement un kiffeur de rap que, c’est pas comme si j’allais écouter 1PLIKE140 et pas comprendre. Je suis à l’affût, j’écoute, et quand j’entends des rappeurs, un peu des an-iens, et qui sont un peu décrochés, moi je me sens pas du tout décroché.

T’as parlé un peu de ton enfance. Pour aller dans les références, un peu à la manière des covers où une renvoie vers l’autre, dans Né pour briller tu commences deux couplets un peu comme tu commençais celui de La Nuit. J’imagine que c’était volontaire mais du coup pourquoi revenir sur ce “grandir à l’époque des paninis et des tacchini” ?

Alors, dans La nuit je dis “j’ai grandi à l’époque des tacchini, des rappeurs techniques à trois couplets”. Là je dis “des trous dans les tacchini”. Et d’ailleurs, sur le CD physique, y a un titre bonus avec encore une nouvelle étape. Sur le morceau qui s’appelle Emmenez-moi. En fait j’aime bien ce truc de, c’est pas de l’auto-référence mais de la gimmick. Pour moi c’est pas du tout la même phase, mais ça renvoie un petit peu. Et puis là c’est juste l’image du panini. Et puis on avait des survets tacchini avec des trous parce que, là j’ai rien inventé mais, pour une fois que t’as touché un tacchini, mon pote tu le mets toute l’année.

C’est cool parce que pour le public, les clins d’oeils et auto-références, ça fait tilt.

En fait ça permet de tisser des toiles et de faire des liens dans l’œuvre de l’artiste. Et aussi, si t’as kiffé avant, ça te permet de te rattacher avant aussi. Après c’est pas du tout calculé, je le fais comme ça. Mais en effet, si j’étais mon propre public ça pourrait me faire plaisir aussi.

Surtout que dans une interview tu disais que ce couplet de Né pour briller tu l’as écrit à l’époque du premier album. C’est intéressant parce que ça crée le lien entre les deux vu que ça a été écrit à la même époque.

Ouais pas tout, mais le début ouais ! Après tu sais la création des fois ça se mélange. En fait, je fais pas des compils de morceaux, je pense qu’on l’a capté ça. Mais un morceau comme Coeur propre et mains sales, enfin une grosse partie, est faite avant le dernier morceau de l’EP Pour la gloire. Et là, Chrysalide, il est fait le même jour que Elle A du premier album. Au final on avance dans les projets, et des fois tu te dis “ah tu te rappelles de ce couplet-là ? Ça irait peut-être bien avec ça”. Quand j’vais en studio, des fois on fini les morceaux, des fois on les finit pas, et en fait on sauvegarde tout. Souvent on écoute le drive avec les maquettes. Et un morceau comme Né pour briller, en le réécoutant on s’est dit “ça il faut que ce soit sur l’album”. Mais j’ai plein de concepts de morceaux ou de débuts de trucs comme ça. C’est pas du recyclage, mais il faut réussir à trouver la bonne formule, le bon moment. C’est comme si j’avais envie de faire des plats, mais que pour l’instant je savais pas les cuisiner. Et il faut que je trouve comment réussir à les cuisiner, les élaborer, et le jour où j’arrive à être dans les bonnes dispositions pour pouvoir le faire, bah en fait je peux le faire.

Pour rentrer dans le vif des références, et toujours dans l’enfance. À un moment tu dis “Titeuf, Deni la Malice et Baloo, Y avait pas Cartoon Network comprends qu’on soit jaloux”. C’est une différence qui t’as marqué ça ? L’absence du câble dans ta famille comparé à d’autres ?

Bah ouais ! Moi j’étais vraiment de la famille, même la TNT quand c’est arrivé on l’avait pas au début. Ça veut dire genre tu vas chez des gens, ils ont des chaînes avec des dessins animés du futur. Et toi c’est que le matin très tôt, et tu peux pas forcément regarder parce que t’as école, et que tu dois t’occuper de tes frères et sœurs et tout. Et en fait c’est un délire, ça crée une différence de malade. Surtout à l’époque où y avait pas internet et tout. Moi je connaissais pas Cartoon Network. En plus ils avaient des dessins animés différents genre. Ils avaient des trucs ça avait l’air mieux genre. Y avait un truc avec Dexter je crois, avec un savant fou. Et ça c’est énervé, quand j’allais chez des cousines ou quoi je me disais “woah dinguerie”. Et voilà, toi t’es là tu te battais avec… avec des trucs stylés en vrai. Moi j’me rappelle d’un truc, c’était une petite souris dans un château-fort, en mode médiéval et tout. Et puis y avait Batman quand même sur France 3 ! Moi j’aime trop les Marvels et tout, je suis à fond dedans, j’adore. Enfin bref oui ça fait une différence de ouf.

C’est intéressant que tu cites les Marvels. À un moment tu dis “élevé par ma mère et Spider-man”. Et j’imagine que c’est quelque chose que tu regardais à l’époque de ton enfance. Y a des dessins animés qui t’ont particulièrement accompagnés quand t’étais enfant.

Spider-man de ouf ! Vraiment le personnage de Peter Parker, un peu looser mais qui s’en sort. Qui finalement est un héros, et a une amoureuse trop belle. Je parlais un peu de mes oreilles dans l’album d’avant, mais moi j’avais grave pas confiance en moi enfant, ado, je galérais avec les meufs. Et du coup je m’identifiais à fond.

Donc plus Spider-man que d’autres Marvels ?

Nan après ça a beaucoup changé avec le temps. C’était beaucoup Spider-man. Marvel ils m’ont saoulé après. Les bails de Captain America, faire de la politique comme ça ça me saoule. Même les bails d’Iron Man et tout c’est des super héros qui m’excitent pas de ouf, je les trouve pas très charmants. Plus Batman je trouve ça complètement malade et je suis à fond dedans. Le personnage hyper deep, hyper profond j’aime trop. Ce qui me régale aussi c’est tout l’univers qu’il y a autour aussi. Toute la mythologie qui s’est construite autour d’un personnage. C’est pour ça qu’en vrai, Le Seigneur des Anneaux c’est un bail que je kiff bien. Harry Potter quand j’étais petit ça m’a marqué de ouf ! Un truc qui m’a pas mal construit quand j’étais petit, c’est peut-être d’avoir pas trop la télé et tout. Après je veux pas faire le gavroche ou quoi. Mais en fait j’avais des parents qu’étaient assez stricts. J’ai eu le droit d’avoir une Playstation à 13 ans, sinon y avait R. Du coup j’ai passé toute mon enfance à créer des histoires dans ma chambre avec mes figurines. Que des trucs basés sur l’imagination tout le temps. Et en fait je pense que je me rendais pas compte en étant petit, mais ça a dû pas mal jouer sur ma capacité à écrire en studio, à sortir mes tripes, à imaginer des choses aussi. Et je pense que c’est hyper intéressant de se rendre compte comment les gens se construisent. Murer, qui fait les instrus, c’est un mec gros, dans sa famille y a pas de musiciens de base. Et en fait il est parti à la mer à 4-5 ans, avec ses parents. Il était dans une maison où y avait un piano, et il est pas sorti des vacances, il a squatté le piano, alors qu’il savait pas jouer. Et ses parents ils l’ont inscrit au piano derrière, et c’est un putain de musicen. C’est un mec qui ressent la musique comme personne que je connais. Y a rien qui lui procure de meilleures sensations. Et c’est tellement fascinant de voir ça, comment les gens se construisent, et comment ce que t’as vécu quand t’as enfant te définit, ou participe à fond à ton éducation d’une certaine manière, mais que tu ressens qu’après.

C’est ça, parfois un événement dans ton enfance te construit pour le reste de ta vie, ou au moins pour un moment, et t’enlève ou t’apporte des capacités.

En fait ça t’apporte ou t’enlève pas forcément de compétences, mais ça te mets comme des barrières dans la tête. Et en fait, les barrières c’est toi. Il faut essayer. Et des fois ces barrières elles peuvent être comparables à des mini traumatismes en fait. Tu vois pendant un moment, je faisais partie d’un jury dans des trucs de rap où les gens donnaient leur avis sur la musique des gens. Et la dernière fois j’me suis un peu fâché. Je leur ai dit “les mecs vous vous rendez pas compte de ce que vous êtes en train de faire”. Vous allez donner votre avis sur la musique de quelqu’un. Et lui il a quasi jamais eu d’avis avant. Donc vos paroles, elles sont hyper importantes. Des fois ils allaient un peu parler à la légère, et je leur disais “mais non vous avez pas le droit”. Franchement si tu sais pas quoi dire, tais toi ! Et quand tu parles à un enfant, faut faire belleck. Parce que lui il te regarde avec des yeux. T’es en train de le modeler en fait.

En plus quand t’es enfant t’as l’impression que les adultes ils savent tout. Donc si on te dit un truc tu le prends.

Des fois je pense qu’y a des gens qui passent toute leur vie pour comprendre ce qu’ils ont vécu enfant. Et en fait, il faut continuer de se définir quand t’es plus grand. Enfin, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais il faut ! Moi particulièrement, je découvre des trucs tous les jours. C’est pour ça que je parle par exemple du divorce dans certaines chansons. Quand j’étais jeune et que mes parents se sont séparés, j’étais le grand de la famille donc j’ai un peu porté mes frères et sœurs. Et en fait j’ai pu me rendre compte plus tard, dans mes comportements, dans mes relations amoureuses, que ça m’avait influencé aussi. 

Pour revenir aux références culturelles, y a quelques références série et film. Et en ce qui concerne les films, tu fais référence à Scarface, comme quasiment tout le rap français. La semaine dernière Mehdi Maizi demandait à Rohff quand le rap arrêterait d’en parler. Moi je voudrais plutôt te demander, d’après toi pourquoi le film est devenu une icône aussi importante en particulier dans le rap ? Et du coup pourquoi on en parle toujours autant ?

J’pense que c’est de l’appropriation. On pourrait remonter loin dans le film, l’histoire du petit immigré machin. J’pense qu’y a un peu de ça. Y a aussi le fait qu’il est hyper badass. On va pas se mentir j’pense que ça joue énormément. Que du coup, il est hyper charismatique, c’est un acteur de ouf. De Palma c’est un putain de réal. Dans Scarface y a tout pour que ce soit mythique. Le mec qui tombe dans la came, c’est fascinant y a presque un côté mystique. La cover elle est parfaite. Jusqu’aux scènes un peu trash du début, la tronçonneuse et tout. Y a tous les ingrédients. Je trouve qu’il a des côtés Tarantinesques presque le film. Je sais pas quand le rap arrêtera d’en parler. Après, c’est pas un film qui m’a marqué plus que ça en vrai, mais ça me faisait rire d’en parler. Et y a la chanson “Plus Tony que Sosa » de PNL, et moi ça me faisait rire de dire “Plus Many que Tony”. 

Pour les séries, tu parles de Validé. Tu cites The Shield, qu’est clairement pas la série la plus citée dans le rap français. Et à un moment tu dis “J’suis le héros de la série de la prochaine saison”. Question bateau de journaliste, mais si tu devais être le héros de la prochaine saison, ce serait dans quelle série ?

Moi là comme ça je dirais Punisher parce que je veux une saison 3. Sinon je dirais… The Boys quand même c’est incroyable. C’est ma plus grosse claque depuis Breaking Bad je crois. Après si c’était moi, ça dépend de quelle série on parle. Parce que quand je dis “je suis le héros de la prochaine saison” quand je dis ça, si c’est la prochaine saison du rap français, dans ce cas-là on peut dire c’est la troisième saison de Punisher. Par contre si on parle de ma vie, boah j’espère être le héros de la prochaine de saison de How I Met Your Mother. Ça dépend s’il s’agit de rafaler tout le monde ou d’aller boire des bières avec les copains.

Est ce que jouer dans ton court métrage Quitter la fête, c’était pas l’occasion pour la première fois, hors clip, d’être le héros d’un truc filmé ? 

Alors c’était pas la volonté. De base je réal. Moi pour moi mes vrais rôles d’acteurs c’est plus dans Mon Frérot et Parcours Accidenté. D’ailleurs je remercie Quentin Tavernier pour ça. Parce que moi je suis pas du tout un acteur. J’ai eu la chance de partager des rôles avec des acteurs hyper expérimentés. Que ce soit Azzedine Benamara dans Mon Frérot, ou Eric Paul dans Parcours Accidenté. Qui a quand même joué dans Arsène Lupin, il a un rôle important. Il est aussi dans Germinal. C’est un mec qui a tourné avec des gros réals. Azzedine il a moins de références cinéma, parce que c’est plus théâtre, mais il est hyper chaud. Moi quand on a joué ensemble vraiment j’me prenais des pressions. Y a une scène dans Mon Frérot où il jette des fléchettes. Et en fait à un moment où il fait semblant de jeter la fléchette on avait la caméra devant nous on devait faire semblant de viser une cible. Et on avait chacun cette scène. Je le voyais faire, sans répet, fatigué, trois jours de tournages et tout. Dès qu’y a le “Action”, le visage qui se forme, on dirait une peinture qui se construit. C’est un bordel ! Trop fort ! Moi franchement il m’a mis ma claque, et genre derrière je devais tourner la scène j’avais l’impression d’être un enfant en colo qu’essaie de faire un sketch. Et, problème quand tu fais ça. Moi je suis un indé, donc chaque clip que je fais me coûte la peau du cul. Et j’ai pas le temps de profiter. Et c’est un peu dommage parce que j’aimerais bien profiter de ça parce que c’est une expérience de fou. Qui a l’occasion de tourner dans des films ? Personne. Et moi je suis là, c’est mes clips, mais en vrai on est sur de la réal qui est quand même d’un sacré niveau, et du coup moi j’ai l’occasion de faire ça c’est incroyable. De manière générale en plus les retours qu’on me fait sont pas mauvais. C’est des bêtes de souvenirs. Et globalement, tout ce que je mets dans la musique, j’aurais pas de regrets. Enfin si, tu peux en avoir, parce qu’un de mes plus gros défauts c’est que je mise tout sur la sueur. Mais des fois vaut mieux être back et réfléchir avant de mettre toutes tes forces dans la bataille. Et moi je suis le genre de gars, je suis dans l’émotion, je donne tout. Je suis pas un bon stratège mais vas-y je suis un bon soldat.

Sinon, toi tu es un gros passionné de rap et on en parlera juste après. Mais au delà du rap, tu fais pas mal références à de la variété française. À un moment tu parles de Francis Cabrel, de Moustaki, tu dis “les copains et maman d’abord” en référence à Brassens. Elle te vient d’où cette culture de ces chanteurs-là ?

C’est le kiff ! Quand je dis “je suis au pinard comme Francis Cabrel”. Moi Cabrel je l’ai suriné. Starmania de ouf, je suis à fond dedans. Mais ça c’est ma mère. Enfin c’est forcément les disques de mes parents. Ce qu’ils écoutaient, et ce que j’ai pris ou pas. À un moment ils ont eu une période Tryo, et ils ont essayé de me faire kiffer les salopards, et j’ai réussi à survivre, j’ai eu mon bouclier ! Après c’est quand t’es petit, t’as des disques chez toi, t’as un poste, un jour tu prends un CD de Cabrel, tu prends le poste dans ta chambre, et en fait t’écoutes les chansons en lisant les paroles tu vois. Et moi dans les prods, dans ce qu’il raconte… dans les toplines, dans la reverbs sur la voix de Francis… non je déconne. D’ailleurs c’était Easy Lee a la topline de Petite Marie pour ceux qui le savent pas. Non mais voilà c’est des trucs qui en vrai me touchaient donc je kiffais bien. Souchon aussi de ouf ! Mais j’ai pas la démarche pompeuse de me dire “oh tiens je vais aller écouter de la variet” pour m’inspirer, jamais je fais ça. Mais quand j’étais plus jeune j’écoutais ça. Maintenant en vérité la variété française actuelle, ça s’appelle le rap. Non en vrai y a encore de la variété, y a des super groupes comme Terrenoire par exemple ! 

Et donc t’es un bousillé de rap, et on sent que t’as grandi en particulier avec quelques rappeurs. D’abord, il y a le morceau Vivre et mourir à Dunkerque qui est une grosse référence à Alpha 5.20. Mais de manière générale tu fais pas mal de clins d’œil à tout le Ghetto Fabulous Gang, ne serait ce qu’à travers les t-shirts que tu mets dans Parcours Accidenté et dans L’eau des mirages. C’est quoi ton rapport à Alpha 5.20, et à tout le collectif de manière générale ? Comment tu te les ai pris pour que tu les mettes si souvent en avant ?

En fait moi ce qui me fascine c’est la démarche. Alpha c’est un personnage incroyable. Je sais pas comment dire, y a un côté tellement mystique. Il a tellement créé quelque chose. C’est un mec, il a créé son game tu vois. Y a la braderie de Lille tous les ans, quand on était ado y avait Alpha 5.20 qui tenait un stand avec ses CD, qui fait ça ? C’est du marketing avant le marketing en fait. Les mecs en 2000, ils faisaient ça de manière naturelle en plus. Moi le premier morceau sur lequel je le découvre c’est Les Larmes du Soleil. Où vraiment il me traumatise en fait. Y avait les sons genre La Bicrave est dans ma tête, ou Le boss veut te voir, qui sont des sons plus agressifs que je comprenais moins. Parce que de base j’ai besoin de rappeurs assez techniques pour kiffer. Et là des fois je comprenais pas forcément. Alors qu’en fait c’est un buté de rap et qui a des manières de rapper qu’à ce moment-là je connais pas et je me suis pas approprié. Par contre je suis désolé mais Les Larmes du Soleil c’est n’importe quoi. Même aujourd’hui. C’est incroyable, en écriture, en interprétation, la prod, l’émotion, le global, le morceau, t’es finis, terminé. Pour moi c’est un des meilleurs morceaux de l’histoire du rap français. C’est au-dessus de tellement de trucs. 

Un autre rappeur, membre d’un groupe aussi, dont tu parles énormément, c’est Salif. C’est sans aucun doute le rappeur dont tu fais le plus de clin d’œil dans tes textes. T’en parles deux fois dans cet album, mais tu faisais surtout une reprise de son titre J’hésite sur ton premier album. Il a eu quelle importance dans ta vie ?

C’est surtout pendant l’enfance, l’adolescence. Je pense que c’est le mec que j’ai le plus écouté au collège/lycée. Et surtout, en termes d’écriture et d’émotions, il me fascinait. En plus dans son parcours y a eu plein de changements. Si t’écoutes son premier album et la suite, tu comprends pas, t’as l’impression que c’est pas le même rappeur. Et du coup c‘est déjà hyper fascinant. Tu te demandes “qu’est ce qui s’est passé pour lui”. Et moi je pense que je préfère le Salif deuxième version. Parce que c’est incroyable. En fait, il est tellement fort. C’est un peu à la manière d’un SCH. Les mecs, tu remarques plus qu’ils sont techniques, parce que ce qui les intéresse c’est l’émotion et ce qu’ils transmettent, mais en fait ils sont ultra techniques. Salif, t’écoutes Prologations mec, tu prends ta gifle. En plus c’est des morceaux, maintenant c’est presque indigeste, parce que c’est trois couplets, 18 mesures, des instrus balourdes des fois, mais t’as un moment de bravoure immense. Donc moi il m’a et fait aimer le rap, et un peu éduqué tu vois. Parce que les références qu’il citait j’allais checker. J’me demandais tu vois. Tu demandes à ton grand père “C’est qui Beregovoy” ? “Ah bah c’est un ministre qu’a été retrouvé mort dans un bosquet, enfin c’est ce qu’on dit”. Salif il a ce côté là hyper cultivé. Ce personnage il est hyper intéressant, il est hyper complexe. C’est globalement un personnage qui m’a marqué.

Tu cites aussi Niro et dans cet album tu parles de La Mélodie des briques de Nessbeal. Avec Alpha et Salif. Au-delà du fait qu’ils sont globalement tous considérés comme Rois sans couronne, je trouve qu’il y a un truc, chacun à leur façon, dans leur écriture, un peu comme toi ils dépeignent avec sincérité la “normalité”. Peut-être même un peu la galère aussi. C’est ça que t’allais chercher chez eux quand tu les écoutais ? 

Non pas forcément, je pense pas. J’ai du mal à te dire parce que je sais pas ce que je cherchais en particulier, j’étais juste hyper curieux. Et je pouvais écouter tout en fait. J’aimais autant écouter B2O tu vois. Mais je t’avoue que Booba je kiff de ouf, je me suis buté à Booba, je connais tout par cœur. Enfin moins maintenant, mais jusqu’à Trône je connais tout par cœur. Chaque album de Booba c’était un petit événement. Mais ouais peut-être un petit peu. C’est vrai que ça m’a toujours plus touché que des mecs qui globalement racontent pas grand-chose.

En tout cas l’affiliation qu’il peut y avoir avec toi, et le fait que tu le cites, c’est peut-être parce qu’il y a un truc chez eux qui peut un peu se rapprocher d’écrire et de faire.

Mais tu vois aujourd’hui des mecs comme So La Lune, ils font ça en fait. 

Je sais que tu écoutes beaucoup de rappeurs actuels, et que t’es pas en mode vieux con. La plupart des morceaux que tu fais, si j’ai bien compris tu te dis au départ par exemple “faisons un morceau à la Meek Mill”, et ensuite tu finis par faire un truc à ta sauce. Mais est-ce que les rappeurs qu’on vient de citer c’est des influences que t’as pu avoir dans le même genre pour faire tes morceaux ? Au moins sur l’écriture ou peut-être même sur l’interprétation ?

Inconscientes si c’est le cas. Mais forcément parce que ça fait partie de moi. Mais j’me dis jamais “je vais faire ça”. Quand je fais quelque chose, devant le micro, j’essaie de faire des nouveaux trucs. Mais c’est un peu comme si je faisais du théâtre. Et je te parle de capacité, je parle pas de feindre une émotion. J’essaie d’aller chercher des trucs que je connais pas forcément chez moi ou des trucs comme ça quoi. 

Toute dernière question, le site s’appelle VraisSavent en référence au titre Les vrais savent de Lunatic. D’après toi c’est quoi LA chose essentielle que les vrais devraient savoir ?

Qu’y a pas un savoir universel. Justement, y a plein de vrais, ça dépend juste des contextes. Et ils devraient apprendre à arrêter de dire ça et écouter les autres. Pour moi y a pas une vérité, et c’est important quand on est loin de nos considérations ou de ce qu’on a l’habitude de voir d’apprendre à écouter plutôt que d’essayer de comprendre pourquoi c’est pas comme ce qu’on croit.

Écouter la playlist de l'article